/Users/georgesrey/Downloads/googledda7d11e7e14db63.html
 
Une vache couchée de profil rumine. Vache qui se tourne vers le spectateur. Image du film de Georges Rey La vache qui rumine en noir et blanc.

La vidéo est disponible sur viméo  

https://vimeo.com/331999645

La vache qui rumine

2’46’’, 16mm, muet, N&B

Avant elle ruminait, après elle ruminait. 

Plan fixe de trois minutes d’une vache qui rumine et qui joue avec le cinéaste,
donc avec le spectateur. 

La vache qui rumine est une partie d'un triptyque, composé de l'Homme nu, 
La source de la Loire
 et La vache qui rumine. Le premier renvoi au futur,
le second au passé et le dernier au présent.

Texte de Gérard Courant

http://www.fauxmouvement.com/04Expositions/03_DEDANS/2001DD/200103DDC_CineExpJp/vache.html

http://c-d-f.cz/en/films/1316

Texte de Patrick de Haas

“ Faut-il réagir contre la paresse des voies ferrées entre deux passages de train ? ”
Marcel Duchamp.
C’est une vache qu’il faudrait interroger pour avoir un avis d’expert
sur la question. Avec La Vache qui rumine, Georges Rey verse une pièce originale
au dossier de l’enquête.

Filmée en un unique plan fixe, une vache, face à la caméra (et donc à son spectateur), rumine. Rumine encore. Et encore. Arrête inopinément sa rumination. Et rumine
à nouveau. “ À nouveau ” ? Elle recommence à ruminer comme elle a toujours ruminé. Cela pendant deux minutes quarante-cinq secondes : longue durée par rapport
aux autres films constituant l’histoire (encore inédite) de la représentation des ruminants au cinéma, mais durée d’une brièveté extrême au regard d’une vie de ruminant passée
à ruminer. Car, comme le note laconiquement Georges Rey : “ Avant, elle ruminait ; après, elle ruminait. ”

Il s’agit en effet d’un bloc de temps, restitué tel quel, sans montage, dans son intégrité (intégralité) mais prélevé dans une durée plus vaste : il y a là un aspect qui le rapproche
du ready-made et l’éloigne des films aussi bien documentaires que de fiction
dont les ellipses produisent un temps diégétique qui diffère du “ temps réel ”. La sobre mise en scène de la mastication n’est pas non plus sans évoquer la noble figure
du philosophe ou du poète méditant sur l’infini : “ […] il y a tant de choses qui finissent
par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin […]. ” (Tristan Corbière, “ Sagesse des Nations ”, Epitaphe, 1873) Le film n’est pourtant pas tiré en boucle et l’absence délibérée de tout “ événement réserve cependant des surprises
au spectateur. Car la vedette du film, sans se départir de son charme naturel, révèle
un incomparable talent de comédienne. Comme s’il s’agissait d’un bout d’essai destiné à tester la palette de ses possibilités expressives, elle réalise une suite de mines avec un jeu particulièrement subtil : goguenarde, hautaine, l’air de celle-à-qui-on-ne-la-fait-pas, faussement intéressée, vraiment indifférente, etc.

On comprend que ce film, réalisé en 1970, ait acquis une réputation légendaire
dans le milieu du cinéma expérimental français. Car le face-à-face avec le spectateur
ne peut manquer de provoquer chez ce dernier de petits rires irrépressibles qui
lui permettent enfin de libérer la posture bovine mal assumée qu’il occupe traditionnellement devant l’écran. A chaque projection du film répondent ainsi les “ projections ” inattendues de ses regardeurs toujours prêts à donner sens à la moindre modification du faciès.

Si La Vache qui rumine, grâce à son casting, occupe une place exceptionnelle
dans l’histoire du cinéma, d’autres films de Georges Rey en partagent certains paramètres techniques et esthétiques : plans fixes, noirs et blancs, silencieux, de durée brève,
qui concentrent l’attention sur un motif unique. “ Mon cinéma ne veut rien, ne dit rien,
il montre ” : cette attitude distante avec laquelle le cinéaste s’éclipse devant son objet
qui doit apparaître nu et neutre, n’est pas sans parenté avec certains films d’Andy Warhol, sans qu’il faille pour autant parler d’influence.

Patrick de Haas

 

Bibliographie sélective : 

texte et ouvrage de Georges Rey :

“ Propos d’un autre temps ”, in Melba, n°2, janv.-fév. 1977

Thierry Prat, Thierry Raspail, Georges Rey (cat. sous la dir. de), Installation, cinéma, vidéo, informatique, Paris, RMN, Biennale d’art contemporain de Lyon, 1995

Ouvrages sur Georges Rey : 

M. M. , “ Georges Rey Vivre en filmant ”, in Le Journal, Lyon, 27 oct. 1978

Dominique Noguez, Eloge du cinéma expérimental, op. cit.

Dominique Noguez, Trente ans de cinéma expérimental, op. cit.

“ Question à Georges Rey ”, in Bernard Blistène, Jean-Michel Bouhours (sous la dir. de), Andy Warhol, cinéma, Paris, Editions Carré, Editions du Centre Pompidou, 1990

Film en distribution chez :

- Light Cone Paris

- Cinédoc Paris

- Collectif Jeune Cinéma Paris

- Film-maker's cooperative New York

- Lux Londres

Film présent dans les collections de :

MoMA New York

- FRAC Normandie Caen

- Centre Pompidou Paris

A.F.E.A Avignon

Lieux de projections et d'expositions de La Vache qui rumine :

 

1974

   — Festival Écart: La vache qui rumine - Génève

1975

   — 14/05/1975 : Cinéma Utopia, Avignon

   — 05/11/1975 : Le seine, Paris

   — 25/11/1975 : C.N.P. Caluire

1976

   — 18/02/1976 : Une histoire du cinéma au CNAC

   — 27/04/1976 : Crous Paris

   — 03/06/1976 : Anthology Film Archives, New York

1977

   — 24/01/1977 : Maison des Beaux-Arts, Paris

   — 31/03/1977 : Une histoire du cinéma, Centre Georges Pompidou

   — 05/12/1977 : Centre franco-italien, Gènes

1978

   — 11-18/01/1978 : Le Cinéma, Lyon

1979

   — 18/12/1979 : École des Beaux-Arts, Lyon

1980

   — 22/11/1980 : Millennium, New York

1981

   — 20/10/1981 : Arnolfini, Londres

   — 02/12/1981 : Chelsea, Londres

   — 03/12/1981 : Coop cinema, Londres

1982

   — 02/03/1982 : Archevary, Londres

   — 14/03/1982 : Coop cinema, Londres

   — 02/10/1982 : 30 ans de cinéma expérimental en France, ELAC, Lyon

   — 05/10/1982 : 30 ans de cinéma expérimental en France, Institut Lumière, Lyon

Lyon

1984

   — 1984 : 30 ans du cinéma expérimental en France, Tokyo, New York, Montréal, Paris, Belgrade

   — 09/02/1984 : Le monde le plus beau, Taidemuseo, Helsinki

   — 06/07/19984 : Beaubourg, cinéma du musée, Paris

   — 23/08-30/08/1984 : MoMA Recent  French experimental cinema

1985

   04/03/1985 : Projection Scratch, Paris

1986

   — 22/04/1986 : P.R.E.A, Avignon

   — 22/11/1986 : Projection Scratch, Paris

1988

   — 13/01/1988 : Ciné-club de Saint-Charles à la Sorbonne, Paris

1990

   — 27/11/1990 : Objectif Danse, Marseille

1991

   — 30/05/1991 : École des Beaux-Arts, Metz

1992

   — 1992 : 30 ans de création cinématographique en perspective, Beaubourg, Paris

   — 17/03/1992 : Scratch à l'entrepot, Paris

   — 24/06/1992  Art Toung, Grenoble

   — 05/09/1992 : Paris

   — 15/10/1992 : FRAC

   — 24/10/1992 : LuzernMontpellier

1993

   — 1993 : Maison de la culture, Nevers

1994

   — 1994 : Diffusion sur la chaine la sept/Arte

   — 20/03/1994 : Institut français, Bilbao

   — 09/05/1994 : Les musiques de la boulangère, Paris

   — 30/06/1994 : Festival Jerusalem

   — 04/11/1994 : Bilbao

   — 09/11/1994 : Fête de l'Humanité, Paris

   — 10/12/1994 : XHX, Marseille

   — 17/12/1994 : XHX, Marseille

1995

   — 10/03/1995 : Aix-en-Provence

   — 12/04/1995 : Elu par cette crapule, Le Havre

   — 15/04/1995 : École d'art d'Angoulême

   — 15/06/1995 : XHX, Marseille

   — 13/09/1995 : Paravox, Paris

   — 07/07/1995 : Art Toung, Grenoble

   — 01/12/1995 : Colmar

   — 20/12/1995 : Machinea Animae, Espace cité, Troyes

1996

   — 09/01/1996 : Spoutnik, Genève

   — 11/07/1996 : Heure exquise, Lille

   — 07/10/1996 : FRAC Aquitaine, Bordeaux

   — 07/11/1996 : OFF, St-Etienne

   — 14/11/1996 : Université, Toulouse

   — 14/11/1996 : Festival annexia, cinéma Le Cratere, Toulouse

   — 20/12/1996 : Machine animée, Troyes

1997

   — 28/01/1997 : Art Toung, Grenoble

   — 02/02/1997 : l'ENSCI, Paris

   — 17/02/1997 : El Pepino, Langon

   — 21/03/1997 : L'oreille est haute, Poitiers

   — 29/04/1997 : Mire, Nantes

   — 05/05/1997 : Impakt, Oberhausen

   — 08/05/1997 : CCAM, Vandœuvre, Nancy

   — 27/07/1997 : Montauban

   — 15/10/1997 : UPS, Toulouse

1998

   — 11/01/1998 : Stuttgart

   —19/05/1998 : Le Fresnoy

   — 16/06/1998 : SNES, Ris Orangis

   — 08/09/1998 : Stockholm

1999

   — 1999 : (3 fois) Art toung, Saint Martin le Vinoux

   — 01/03/1999 : École les mines, St Etienne

   — 13/04/1999 : École, Jérusalem

2000

   — 17/02/2000 : FRAC Lorraine, Metz

   — 27/03/2000 : Rhizome, Besançon

   — 23/04/2000 : Braquage, Paris

   — 27/05/2000 : Cinémathèque française, Paris

   — 16/06/2000 : Cinéma 93, Pantin

   — 26/10/2000 : Sciences en fête, Toulouse

   — 13/09/2000 : Bonneuil Promotion, Bonneuil sur marne

   — 21/11/2000 : Zola, Villeurbanne

2002

   — 2002 : République Tchèque

   — 20/03/2002 : Cinéma studios, Tours

2004

   — 02/05/2004 : Musée Léon Dierx, Saint-Denis de la Réunion

   —13/11/2004 : Côté court, Pantin

2005

   05/2005 : International Short Film Festival, Oberhausen

   — 12/06/2005 : Künstlerhaus Mousonturm, Francfort-sur-le-Main

   — 19/08/2005 : Association LOUMA, Rennes

   — 03/10/2005 : Cinémathèque de la Danse, Paris

2006

   — 03/08/2006 : Kunsthaus, Zürich

   — 17/11/2006 : Les archives du film expérimental d'Avignon

2007

   — 09/01/2007 : Etablissement public du parc et de la grande hall de la Villette, Paris

   — 04/03/2007 : Cinémathèque de la Danse, Paris

   — 20/03/2007 : Ecole régionale des Beaux-Arts de Nantes

   — 08/04/2007 : Leeds, Olsen

   — 12/09/2007 : 25 ans de Light Cone, Paris

2010

  — du 05/04 au 05/03/2010 : Le Bleu du Ciel, Lyon

2008

   — 13/11/2008 : Les rencontres de Sophie, le lieu unique, Nantes

   — 15/12/2008 : Cinéma Eldorado, Dijon

2014

   — 13/09/2014 : Scratch Expended, Paris

   — 18/09/2014 : Temporary Gallery, Cologne

   — 24/10/2014 : Filmkollektiv, Francfort

2015

   — 19/09/2015 : Cinema l'Univers, Lille

   — 04/10/2015 : Rumsteek, Bruxelles

   — 25/10/2015 : Cinéma Nova, Bruxelles

   — 20/11 au 24/11/2015 : Exposition les Collections vidéos des FRAC, Cité de la Mode et du Design, Paris

 

2016
   — 01/12/2016 : Université, Olomouc, République Tchèque

2018

   — 09/02 au 24/04/2018 : Exposition un Espace de faible densité, Maison du Peuple,  Vénissieux

   28/03 au 19/04/2018 : Exposition Parlons la bouche pleine, Saint-Louis de Cabourg

   — 09/10 au 13/10/2018 : Exposition Ça tourne !, Espace culturel de l'Hôtel-Dieu de Valognes 

2019

   — 28/06 au 22/09/2019 : Exposition Les titres courants, Caen

2020

   — 3/03/2020 : Scratch, Luminor Hôtel de Ville, Paris
   2/11 au 30/11/2020 : Cinédoc, Novembre Expérimental, Paris

2021

   été 2021 : projections dans différents lieux de la ville de Caen